Alessandro Di Benedetto, skipper du Vendée Globe

  • Alessandro Di Benedetto

    Alessandro Di Benedetto

Alessandro Di Benedetto est géologue de formation et opérateur en archéologie sous-marine. Initié à la voile par ses parents vers l'âge de 7 ans, il commence à naviguer en Mer Méditerranée avec son père pour relier la Sicile à la Martinique.

En 2001, il réalise en solitaire, sans escale ni assistance, la traversée du nord de l'Italie aux Iles Canaries. En 2002, pendant la Route du Rhum, il est le premier, et à ce jour le seul à réaliser en solitaire, sans escale et sans assistance, la traversée de l'Atlantique sur un catamaran de sport jusqu'à Pointe à Pitre en Guadeloupe. En 2006, toujours dans les mêmes conditions, à la barre d'un catamaran de sport sans cabine, il traverse le Pacifique du Nord, de Yokohama (Japon) à San Francisco (USA). Et pour finir, en 2010, en prenant le même itinéraire que celui des marins du Vendée Globe, il réalise un tour du monde sur un voilier de 6,5 mètres, en solitaire, sans escale et sans assistance. Jamais un homme ne l'avait fait sur un si petit bateau, une première mondiale. Arrivé aux Sables d'Olonne le vendredi 22 février 2013, il a clôturé le classement du Vendée Globe 2012-2013 à la 11ème position. 

Qu'aimez-vous en Vendée ?

"Ce que j'aime en Vendée : l'océan, les gens et bien sûr le Vendée Globe."
 
Votre coup de cœur ?
"Mon coup de cœur est très simple : la ville des Sables d'Olonne parce que j'y réside et plus particulièrement le quartier de la Chaume ainsi que le Port Olona où se trouve mon bateau Team Plastique."
 
Votre meilleur souvenir en Vendée ?
"Sans aucun doute, mon arrivée de mon tour du monde sur mon voilier de 6,50 mètres, aux Sables d'Olonne, le 22 juillet 2010."
 
Votre spécialité vendéenne préférée ?
"Plutôt une de mes gourmandises préférées, ce sont les crêpes au caramel beurre salé (pas très vendéen tout ça mais très bon !). J'aime aussi les fruits de mer et toutes sortes de poissons et crustacés.
 
Parlez-nous des Vendéens, de l'accueil en Vendée...
"Mon attachement à la Vendée est total. Depuis mon arrivée du tour du monde sur mon 6,50 mètres en 2010, on m'a accueilli comme un héros et je suis devenu citoyen d'honneur de la ville. Je suis très attaché aux gens d'ici qui m'ont beaucoup aidé, que ce soit pour le premier tour du monde mais aussi pour la préparation du Vendée Globe. De nombreux bénévoles sont présents et sont impliqués dans mon aventure. Les Vendéens sont très chaleureux. Je crois, d'ailleurs, que c'est le meilleur endroit pour une préparation d'un Vendée Globe !"
 
Pourquoi le Vendée Globe ?
"Si j'ai suivi le même parcours que les skippeurs du Vendée Globe pour mon tour du monde sur un 6,50 mètres, ce n'est pas au hasard. Pour moi, c'est une course mythique, magique et surtout une aventure humaine incroyable. A mon retour en juillet 2010, j'ai rencontré des navigateurs comme Yves Parlier, Jean-Luc Van Den Heede, Arnaud Boissières, qui m'ont donné l'envie d'y participer. En septembre 2010, j'ai exposé mon 6,50 mètres à La Rochelle et j'ai pris conscience que je voulais repartir sur la même route mais à bord d'un 60 pieds."
 
Quels plats emmenez-vous à bord ?
"Je vais apporter des plats mais je vais surtout cuisiner. Je pense préparer des recettes italiennes. Par exemple, je vais prendre de la sauce tomate, c'est une tradition et un petit plaisir. Je vais varier mon alimentation, avec des plats français, italiens ou des recettes du monde. Beaucoup de riz, de couscous, de pâtes et je vais aussi faire germer des graines et me préparer des salades au quotidien. Je vais essayer d'avoir une alimentation équilibrée."
 
Comment vous préparez-vous à cette course en solitaire ?
"La réponse à cette question prendrait des heures. En quelques mots, elle commence par la recherche de sponsors. D'ailleurs, je suis vraiment content d'avoir rencontré Didier Elin, directeur de Team Plastique, qui me soutient avec tous les autres sponsors dans cette aventure. Depuis un an, avec mon équipe technique composée de Charles, Vianney et de Clément, nous menons un travail de titan. Il faut être très organisé et gérer les fournisseurs, la logistique, les matériaux, le budget, et j'en passe ! Il faut aussi former l'équipe. S'occuper de tous les équipements de sécurité, de la communication, de la santé, de l'habillement, de l'alimentation... La préparation d'un bateau, c'est un travail énorme. On ne s'engage pas à la légère dans un Vendée Globe, cela demande une longue préparation technique, physique et humaine."
 
Palmarès :

2012 
:
- 11ème Vendée Globe 2012-2013 (Team Plastique)

2010 :
- Tour du monde en solitaire, sans escale et sans assistance sur un voilier de 6,50 m. (Première mondiale homologuée par WSSRC et ISAF)

2006 :
- Traversée en solitaire du Pacifique, de Yokohama (Japon) à San Francisco (USA), sans escale, sans assistance sur un catamaran de sport. (Première mondiale et record du monde homologués par WSSRC et ISAF)

2002 :
- Traversée en solitaire de l'Atlantique, de La Palmas (Canaries) à Pointe à Pitre (Guadeloupe), sans assistance ni escale sur un catamaran de sport. (Première mondiale homologuée par WSSRC et ISAF)